2012 09 Ciarapico Giancarlo gilles web mini

Gilles et Giancarlo en septembre 2012

L’or qu’elle trouve est en elle !

Pièce de Giancarlo Ciarapica 

36eme mise en scène de Gilles Champion

4eme création de la CIE-DE-LA-LETTRE-G

Avec Josiane Champion-Magne en Camille, Stéphane de Santis pour l’homme.

 

    LA BANDE ANNONCE https://www.youtube.com/watch?v=xhVH3us_EKI&t=11s

 

2020 09 Camille site 1

 2020 09 Camille site 2

2020 09 Camille site 3

2020 09 CAMILLE SITE 4L’auteur Giancarlo Ciarapica, a reconstruit une Camille Claudel enfermée à l'asile d'aliénés de Montdevergues dont elle n'en sortira plus.

A travers un dialogue avec un autre enfermé, elle revit les passions, les aversions, les rages et les espoirs, de sa vie de sculptrice et de femme libre : c'est une "Passion" que vous allez voir.

Le texte et le jeu des deux comédiens, permet au spectateur qui méconnaitrait Camille Claudel, de découvrir cette femme hors-norme et au public averti, un nouveau niveau de lecture des combats de la guerrière de l'art.

Durée 1 heure

Avec Josiane Champion-Magne dans Camille et Stéphane De Santis dans l’homme.

 Du 23 au 26 septembre à 20h, matinée le dimanche 27 septembre 16h

EN PRESENCE DE L AUTEUR LE SAMEDI 26 SEPTEMBRE 20 H 

Au TRANCANOIR 10 rue Juiverie Lyon 5eme Place St Paul bus C3

Tarif plein 14 euros et réduit à 11 euros (moins de 16 ans, FNCTA, chômeurs)

RESERVATION et paiement obligatoire à l'avance (pas de caisse à l'entrée) via  https://www.payassociation.fr/ciedelalettreg/achatplaces et on peut confirmer àCette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 0632171020

Costumes et tissus : LA FILAMBULERIE Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Mannequin : classe Costumes du lycée DIDEROT de Lyon

Praticables : Menuiserie Salson Lyon 3eme

Conception de l’affiche : Claude Dalphin et Josiane Champion-Magne

Merci à LA DEMEURE DU CHAOS pour le copyright de l’image de Camille et aux donateurs qui ont rendu possible cette création, merci à  Martine et Guy Bresson pour le local de répétition, merci à LA POTERIE DU CHATEAU de Grignan www.poterieduchateau.fr pour le don de la boule d'argile !

2020 09 23 CAMILLE CIE G 

 

L’approche de la mise en scène par Gilles Champion

Le texte de l’auteur Giancarlo Ciarapica est bien un dialogue, car le personnage qui lui répond occupe une vraie place.

Au fil du travail sur le texte, il m’a semblé possible d’imaginer que c’est Camille et un autre interné de Montdevergues, qui jouent et rejouent, une sorte de « passion », une sorte de « catharsis » pour aider les deux internés à fuir l’horreur quotidienne de cet asile. Mais il n’y a pas d’échappatoires hélas.

Si on cherche des « références », on peut penser à « Vol au-dessus d’un nid de coucou » par exemple.

Dès ce point de vue partagé avec l’auteur, la scénographie s’impose d’elle-même avec une petite estrade, des vêtements gris et des petits accessoires, comme cette glaise que sans doute Camille a pu un peu, un tout petit peu, manipuler dans l’asile.

Il ne restait plus qu’à sequencer le texte, pour trouver des articulations durant lesquelles des extraits musicaux viennent soutenir l’édifice de la pièce, pour une bonne réception par le public.

Mais l’essentiel est de restituer un état de colère de la Camille décrite par l’auteur de la pièce et pour cela, il faut l’énergie intérieure de la comédienne et son vécu, car on ne peut pas « faire passer » ce type d’émotion si on ne l’a pas soi même ressenti.

Le mot de Josiane :

josiane2 J’ai commencé le théâtre amateur au lycée en 1978, du haut de mes 17 ans. Puis la vie a tissé sa toile autour de moi, beaucoup de nœuds avec des fils de méchantes couleurs. 1984, Reims, la solitude accompagne mon âme d’une passion destructrice... Lire, lire jusqu’à plus soif, des romans, des pièces de théâtre.... Un après-midi dans une librairie, le choc, en tête de gondole ce visage, ce regard en première de couverture, qui m’hypnotise : Camille ! Je saisis le livre délicatement et je lis : Une femme d’Anne Delbée... Avec beaucoup d’émotions je parcours le résumé ! Sans hésiter, je l’ai acheté, je l’ai senti comme un bien précieux.... Moi, amoureuse de ces destins de femme hors du commun, Colette, Louise Labé et bien d’autres encore... J’ai dévoré son destin, atteinte de plein fouet ! Frissons, oui, frissons qui ont parcouru tout mon être...la première fois que je me suis trouvée face à ses sculptures. Les larmes ont envahi mon regard... Je la voyais, là, devant moi, vivante, ses mains sur la matière, travaillant ses œuvres....Je pouvais si bien la comprendre... Son besoin de liberté, cette passion qui l’a uni à Rodin, cette passion de la sculpture, d’exister en tant que femme ... Mon présent de l’époque me faisait vivre une similitude de sentiments ! Aimer, aimer, jusqu’à la folie, jusqu’à la destruction, créativité de mots, de poèmes... J’ai compris alors, qu’un jour, sur une scène de théâtre, je devrais lui rendre hommage. Les années ont passé, la passion du théâtre ne m’a pas quitté... Mon premier enfant, ma fille est née, elle s’appelle Camille... Et enfin, LA  rencontre qui allait tout changer ! »
 2019 11 stephane

Ne connaissant Camille Claudel que de loin, je me suis intéressé à sa vie, plus qu'à ses oeuvres, à travers livres, documentaires et le film avec Depardieu et Adjani. Je dois dire que sa vie très tragique a quelque chose de fascinant et de captivant, tout comme ses sculptures. Ainsi Camille Claudel a quelque chose d’une héroine de tragédie grecque que je résumerai par ces quelques phrases :

Immense artiste au destin tragique, née avec un don de Dieu, un talent unique, jetée dans l'oubli le plus absolu, mais qui à travers ses oeuvres, est devenue immortelle . . . éternelle, telle une Sainte canonisée. N'est-ce pas là le propre des grands artistes ?

Immergé dans le théâtre depuis plus de 15 ans, j’ai un grand plaisir à jouer l’homme un peu fou qui donne la réplique à Camille vieillissante, dans cette mise en scène audacieuse. Mais n’est-ce pas la Société qui  a été folle d’interner ce talent unique ?

.